Che au stade de Liège

Publié le


Depuis 1996, il existe parmi les supporteurs du Standard de Liège, le groupe Ultras Inferno 1996 (UI96). Fondé par quelques membres du Hell Side 1981, ce groupe anime toujours aujourd'hui tous les matchs de cette extraordinaire équipe liégeoise de football de Division 1. A leur façon : en couleur rouge ("rouche", selon la prononciation locale et les couleurs de la ville, du club...), avec des slogans et des chants (populaires !) de combat pour encourager les "travailleurs du football" à gagner...

Autre caractéristique des
UI96 : ils donnent une image correcte des supporters radicaux de football. Ces derniers ne sont pas dans leur toute grande majorité ceux trop souvent décris dans certains médias : des violents sans raisons, des rebelles sans causes, voires des néonazis lobotomisés. Ceux du Standard en général, des Ultras Inferno en particulier sont en effet actifs dans le mouvement antifasciste et antiraciste. Certains d'entre-eux sont toujours présents aux concerts redskins (skinheads de gauche et antiracistes). Une garantie pour ne pas y voir des "boneheads" (dissidents néonazis du mouvement skinhead)... comme dernièrement à Charleroi où un groupuscule nationaliste avait joué des coudes... juste avant le concert et par caméra interposée ! Le jour du concert, ses "boneheads" ne furent bien entendu pas présents...

Les UI96 ne cachent pas non plus donc leur ancrage politique... couleur rouge, toujours ! Supporters du plus beau sport populaire et enfants des combats historiques de la "Liège en lutte", les Ultras Infernos 1996 sont également des inconditionnels d'Ernesto Che Guevara. Résultat immédiat : là où joue le Standard de Liège, le Che est en tribune !

[Maz]



L'un des principaux responsables des UI96 a autorisé à CheQuotidien de republier sur son site quelques illustres photos reprenant l'un de leur principal symbole.

1.jpg
2.jpg
4.jpg
5.jpg
  • Pour prendre connaissance des activités et de la singularité politique des Ultras Inferno 1996 : CLIQUEZ ICI

Publié dans Politique

Commenter cet article