Olivier Besancenot & Che Guevara

Publié le

Che-Besancenot-Luz-DETAIL.jpg
Ce jeudi 24 janvier, le quotidien français Libération publiait le portrait, dans sa rubrique "Homme du jour" (page 8), d'Olivier Besancenot.  Plus jeune des candidats de l'élection présidentielle française en 2002 (il a alors 27 ans) et en 2007. A ce dernier scrutin, il va y récolter le meilleur score de la gauche radicale et révolutionnaire ( plus de 4 %), bien loin de celui d'Arlette Laguillier (Lutte ouvrier/Union communiste), de Marie-Georges Buffet (Parti communiste français) et de
Gérard Schivardi (Parti des travailleurs).

Après y avoir adhéré à l'âge de 15 ans, Olivier Besancenot est aujourd'hui le porte-parole de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), la section française de la IVe Internationale, fondée en 1938 par Léon Trotski et ses partisans, opposants de la première heure au stalinisme.  Maintenant, la LCR se prépare à se dissoudre dans un nouveau parti anticapitaliste qui devrait fédérer plusieurs courants de la gauche radicale, politique et syndicale. Postier la journée (dès 6 heures du mat'),
Olivier Besancenot "occupe l'espace de la radicalité", écrit Matthieu Ecoiffier, l'auteur de son portrait dans Libé. Il poursuit à son sujet : "Il s'est imposé, au-delà des franges traditionnelles de l'extrême gauche, comme l'une des principales figures d'opposition à Nicolas Sarkozy". Matthieu Ecoiffier précise aussi : "En pleine crise du pouvoir d’achat, la popularité de Besancenot fait aussi écho à son discours sur la nécessaire redistribution des richesses entre salariés et actionnaires. Résultat, dans le dernier baromètre Libération-LH2 des «meilleurs leaders», les sympathisants de gauche placent le leader de la LCR en troisième position, derrière Royal et DSK, mais devant Delanoë". C'est exceptionnel. Une exception française. Après des "dimanches noirs", des "dimanches rouges" ? C'est bien possible...

Che-Besancenot-Lowy-livre.jpgPour illustrer  le portrait d'Olivier Besancenot, Libération a choisi deux dessins du caricaturiste Luz (°1972). Le second représente le jeune leader révolutionnaire le matin devant sa glace. Son modèle matinal ? Ernesto Che Guevara ! Olivier Besancenot en effet se revendique comme "guevariste". Il est l'auteur, avec l'universitaire Michael Löwy, du livre
Une braise qui brûle encore, publié en 2007 aux éditions Milles et une Nuits, pour faire perdurer auprès des jeunes générations militantes l'héritage politique du Che.

[Manuel Abramowicz]

Che-Besancenot-Luz-Blanc.jpgDessin de Luz paru dans le quotidien Libération du 24 janvier 2008.

LIBE-Logo-copie-1.gif


Publié dans Politique

Commenter cet article